Les infidélités de ma Muse

 

C’est par un soir de cafard

que j’ai viré ma muse

je sais j’en abuse

la voici dans mon placard

 

En suis-je heureuse

de ne plus la côtoyer

vais je m’en soucier

je la sais aventureuse.

 

Elle me fait des infidélités

à s’égarer chez les autres

est ce la mienne ou la votre

évitons de l’ébruiter.

 

Elle a réussit à s’échapper

je viens d’entendre son rire

grâce à elle je viens écrire

car elle a encore frappé.

 

Auteur : Eva Joe

Ma plume ne s'essouffle jamais, elle dessine des arabesques sur la page de mes nuits, elle se pare comme un soleil en defroissant le ciel. En la suivant vous croiserez tantôt Pierrot et Colombine dans mes poèmes ou Mathéo et son secret et bien d'autres personnages dans mes nouvelles et mes suspenses.

14 réflexions sur « Les infidélités de ma Muse »

  1.                     Elle est malicieuse ta muse, chère Evajoé !
    

    Crois-tu vraiment qu’elle te fasse des infidélités ?
    Non, je crois qu’elle se repose de temps en temps pour mieux réapparaître avec de nouvelles idées, et pour notre plus grand bonheur.
    Gros bisous.

    J’aime

  2.                     Et quel placard ? Y'en avait dans la cave il me semble (?), alors je comprends qu'elle en soit ressortie en riant (hi hi hi !).
    

    Un pur délice ce p’tit poème, fait avec une plume qui sautille, qui gambade, s’amuse à respirer le vent ….
    Ze fais plein de bisous tendres à ma douce fée : ta p’tite soeur des miens à tien.

    J’aime

  3.                     Elle va et vient, on ne peut se l'approprier !
    

    Elle n’est pas susceptible non plus et un séjour au placard ne la froisse pas, elle revient vers nous le teint tout frais nous demander si nous sommes enfin dispo !

    J’aime

  4.                     C'est un peu toi qui te joues de ta muse, ici, EvaJoe... Tu ne crois pas ?
    

    Ne cherchons pas à comprendre les « caprices » de notre muse, elle est ainsi faite..

    Très bien exprimé en tout cas.

    Bisous et bonne journée,

    Cathy.

    J’aime

  5.                     Bonsoir Eva,
    

    Laissons la muse se reposer pour reprendre force et énergie car elle attend toujours le poète qui retrouve tôt ou tard son inspiration. Lorsque les mots coulent comme un fleuve sur le papier, elle
    se réjouit à nouveau. Bisous et douce soirée Eva. Corinne.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :