L’autoroute de tous les dangers /5

Stephane : son récit, ( un peu plus tôt dans la soirée)

Je vois bien que ma femme dévore des yeux Virginie la femme d’Hugo, je suis en train de la reconquérir depuis l’aventure avec ce dernier. C’est terminé depuis un an et c’est la première fois qu’elle le revoit depuis leur violente rupture.

S’il fallait un coupable pour cette ténébreuse idylle c’est moi seul qui en ait été le premier coupable. Offrir ma femme à mon ami lors d’une beuverie immonde est d’une bassesse. Mais Hugo ne m’a rien refusé, nous avons toujours fait ensemble les 400 coups. Du reste dans ses collaborateurs j’en reconnais qui auraient adoré se faire ma femme…

Si j’en crois la reine mère comme l’appelle Hugo il a connu sa femme lors d’un séjour en Italie. Elle serait née à Venise mais Hugo ne m’avait jamais parlé de cette femme plus jeune que lui. A-t-elle 20 ans ou 30 je ne puis lui donner d’âge. J’en toucherais deux mots à Hugo dans la soirée, pour l’instant il présente sa poupée à ses collaborateurs. J’attends de voir ce que va dire sa mère.

Je suis moins à mon avantage qu’Hugo, lui a gardé son corps mince il s’adonne a beaucoup de sports, moi je suis venttripotant, je pense que c’est la raison pour laquelle ma belle moitié s’était éloignée de moi.

J’ai toujours eu les mains moites, je me les talque pour éviter le regard dégouté des femmes et aussi des hommes. J’ai bien vu Virginie quand je lui ai pris la main pour y déposer ma bouche charnue elle a eu comme un haut le corps. Je l’ai vu s’essuyer la main à un mouchoir qu’Hugo lui a tendu après qu’elle lui ai dit de sa bouche carmin, tu n’aurais pas un mouchoir je déteste les mains moites, chaudes et collantes. Je n’avais rien entendu mais le sourire narquois d’Hugo en disait plus long qu’une parole prononcée à mon oreille.

Aussi, rapidement je prenais le coude de ma femme pour m’éloigner des deux tourtereaux, qui m’énervait prodigieusement. Je prenais soin de Mélodie en voulant lui offrir une troisième coupe de champagne qu’elle refusait. En la suivant des yeux alors qu’elle saluait une de ses amies, je me demandais si elle n’était pas enceinte car elle n’était pas la dernière pour boire.

C’est à ce moment qu’Hugo a choisi pour apostropher ma femme d’un « Mélo » langoureux, il ne va pas recommencer à m’offrir ses services. Vu qu’avec ma femme en ce moment nous sommes sur un petit nuage je n’ai nullement besoin de lui.

Que peut-il lui dire qui l ‘irrite à ce point, ce n’est pas le moment de faire un scandale. Je pense que la salle entière a dû l’entendre car plusieurs hommes et femmes se sont tourné vers ce couple dépareillé. Hugo l’a toisé de haut en bas et il l’a repoussé en lui disant va rejoindre ton gros sac.

Le gros sac c’est moi, je lui ferais regretter ses paroles, certes ma femme a eu tort d’en profiter mais il n’a pas besoin d’en rajouter. A moins qu’ils ne me jouent la comédie, surtout que Virginie brille par son absence.

Il faut dire que plus tôt dans la soirée je me suis occupé d’elle. Pensez-vous la femme de mon meilleur ami, je me devais de lui offrir le meilleur. De plus sa poulette me plaît, je vais la mettre dans mon lit, autrefois Hugo et moi nous partagions tout. Il a eu ma femme j’aurais la sienne, mais comme je suis certain qu’elle n’allait pas être consentante, je lui ai offert un cocktail détonnant avec un peu de drogue des violeurs, elle ne va pas tarder à tomber dans mes bras.

« Les murs ont des oreilles »

Alors ma chère on s’amuse bien

Ça va mais j’ai faim

Ah avant vous devriez boire le cocktail maison que la reine mère fait.

Il y a quoi dedans car je suis allergique au rhum vanille.

Oh n’ayez crainte, il y a une fleur d’hibiscus en décoration, quant à la composition, elle est gardée secrète., Mais cela n’a pas un goût de vanille. Puis-je vous en servir un verre ?

Oui merci

Vous avez le choix de l’alcool : gin, vodka ou whisky. Il y a aussi du rhum mais si vous êtes allergique ce n’est pas la peine que nous vous emmenions à l’hôpital.

Gin je préfère

Alors venez et regardez le pro, je vais vous préparez le votre avec toute l’amitié que j’ai envers mon vieux copain, mon ami de toujours j’ai nommé le roi des cosmétiques Mr Hugo Leyrieux.

Des cosmétiques je croyais que c’était des industries pharmaceutiques.

C’est pareille, il a double casquette pendant que son frère fait le tour du monde.

La petite oie boit ma mixture, il ne me reste qu’à attendre sa chute qui ne devrait pas tarder.

A suivre…

Auteur : Eva Joe

Ma plume ne s'essouffle jamais, elle dessine des arabesques sur la page de mes nuits, elle se pare comme un soleil en defroissant le ciel. En la suivant vous croiserez tantôt Pierrot et Colombine dans mes poèmes ou Mathéo et son secret et bien d'autres personnages dans mes nouvelles et mes suspenses.

4 réflexions sur « L’autoroute de tous les dangers /5 »

  1. Les protagonistes ont donné chacun leur version, et je réitère, quelle mentalité pour cette classe bourgeoise.
    J’attends tout de même la suite pour savoir ce qu’il arrivera à Virginie.
    Bises et bonne soirée.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :