L’autoroute de tous les dangers /6

La nuit de noce : récit de Mélodie

Lorsque je suis arrivée à la chambre de Virginie elle était debout au-dessus des toilettes et elle vomissait tripes et boyaux. Elle a appelé :

Hugo c’est toi

Non c’est la femme de Stéphane je viens vous aider, c’est Hugo qui m’envoie

Il ne vient pas lui-même, j’ai honte j’ai tout vomi, votre mari a dû me faire avaler du rhum alors que je lui avait demandé du gin. Je lui avais dit pourtant que j’étais allergique. Là je n’ai pas fait d’œdème de Quinke mais je vomi. Pauvre Hugo je l’ai rendu malade.

Oui il a vomi lui aussi. Je pense que vous avez dû manger un plat qui ne devait pas être frais, c’est étonnant car les réceptions chez vos beaux-parents sont toujours somptueuses. Je préfère lui mentir que reconnaître qu’un des deux est un salaud. Et pourquoi pas les deux. Après tout Hugo connait mes penchants pour les femmes, mais je suis là pour aider sa femme et le tirer d’un mauvais pas.

Allez Virginie, vous acceptez que je vous appelle ainsi ?

Oui bien sûr

Vous allez prendre une douche et vous passerez cette jolie nuisette votre mari va vous dévorer dès qu’il vous verra.

Oui c’est lui qui me l’a offerte. Il adore les sous-vêtements.

Je sais que c’est un fétichiste.

Ah vous étiez ensemble

Oui mais maintenant il est avec vous.

C’est ma faute ?

Non qu’allez-vous croire, vous ignoriez mon existence. Ne vous faites pas de mal. Vous savez moi je préfère les femmes.Et de vous voir nue me donne envie je l’avoue mais je dois vous dire quelque chose. Est-ce que vous savez simulé ?

Simulé mais pourquoi ? Avec qui ? Vous ? Qui va nous regarder ?

Personne ne va vous regarder, mais mon mari vous veut. De plus deux copains de votre mari ont fait un pari stupide.

Votre mari me veut ?

Oui

Oh non je ne veux pas que va en penser Hugo ?

Hugo. Rien il est obligé de vous offrir à mon mari.

Mais pourquoi ?

Il a une dette envers mon époux et il lui a dit qu’il fallait qu’il la paye.

Il aurait pu me faire confiance.

Il n’a pas eu le temps c’était vous ou un scandale. Mais je vais vous donnez une drogue qui va endormir vos sens, vous ne sentirez ni la douleur ni la jouissance, par contre faites lui croire que vous aimez, ce ne sera pas long moi je me charge du reste. Quand il se sera écroulé sur vous, je vous aiderai à vous dégager, vous vous rendormirez et Hugo n’en saura rien.

Merci Mélodie, mais si votre médicament m’endort je ne pourrais pas crier.

Il ne va pas vous endormir mais vous devez laisser vos yeux fermés et ne pas vous débattre quand il va vous caresser ou vous mordiller les seins, laissez vous faire, gémissez de plaisirs en un mot faites- lui croire qu’il est un bon amant.

Oui

C’est un petit oui mais je vous comprends vous étiez dans le bonheur et là vous êtes en plein cauchemar. Je dois faire signe à mon mari. Prenez cette drogue et faites ce que je vous ai dit, si ça tournait mal je suis dans la salle de bain.Au moment où je me dirige vers la salle de bain je me souviens qu’il faut que je lui fasse ouvrir les cuisses pour lui glisser du gel à la menthe, je ne vais pas rentrer dans des explications. Juste lui demander une petite faveur.

Puis-je te faire l’amour avec ma main ?

Il n’en n’est pas question, déjà je sers de cobaye aux fantasmes de quatre mecs, en plus il faudrait que tu me lubrifies. Dégage joue ton rôle et file moi le gel à la menthe. Cette gamine a un sacré caractère, je me demande si elle ne me joue pas la comédie, après tout elle était en longue conversation avec Stéphane, si cela se trouve ils se sont mis d’accord.

J’entends Stéphane qui m’appelle.

Mélodie ouvre- moi la porte.

Je ne lui réponds rien et me planque dans la salle de bain, il tourne la poignée de la porte et entre, Virginie est nonchalamment couchée les cuisses légèrement écartées, soudain elle se met sur le ventre.

Mon mari essaye de la retourner, puis hausse les épaules, passe devant moi pour aller pisser, je rigole car le viagra qu’il s’est enfilé l’empêche d’uriner. Il me dégoûte mais bientôt il ne sera plus qu’une loque. Je me demande comment il va faire ?

A suivre…

Auteur : Eva Joe

Ma plume ne s'essouffle jamais, elle dessine des arabesques sur la page de mes nuits, elle se pare comme un soleil en defroissant le ciel. En la suivant vous croiserez tantôt Pierrot et Colombine dans mes poèmes ou Mathéo et son secret et bien d'autres personnages dans mes nouvelles et mes suspenses.

4 réflexions sur « L’autoroute de tous les dangers /6 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :