Quand le crabe en pince pour moi

Ce témoignage est celui de Martine Martin-Cosquer.

Martine a écrit plusieurs livres, mais ici c’est un témoignage de vie. SA VIE…

Déjà le titre attire le regard, la couleur rose interpelle. Qui chez nous ne connait pas la campagne contre ce crabe destructeur ?

C’est un livre qui n’est pas larmoyant, parfois j’ai même souri. Pas de la souffrance ni de la peur, mais de l’humour décapant de Martine.

Je vous invite à le lire, car ici je ne vous le raconterais pas. Juste vous donner mon ressenti.

J’ai été interpellée, bouleversée par cet écrit. Sans aucune complaisance sur les effets secondaires, elle nous dévoile tour à tour les changements de son corps. Parfois c’est un constat d’autres fois l’humour l’emporte. Cheveux, poils, lieux intimes tout y passe. En mots choisis jamais crus,mais le lecteur découvre, bien qu’il le savait les effets néfastes pour pouvoir guérir qu’engendre ce crabe qui s’accroche.

C’est un combat au jour le jour que nous narre Martine, on vit avec elle les incessants retour dans la clinique Curie en Région Parisienne. Puis entre deux chimios elle repart avec Jeff son mari là où elle vit désormais, où elle aime se ressourcer.

Et pourtant la vie continue, ses enfants, ses petits enfants. Les jours d’avant. L’amour de Jeff, alors que parfois celui qui n’est pas malade s’en va.

Non, là on sent cet amour fort entre eux deux. Martine a toujours dit ce que les médecins lui disaient. Ses peurs, ses questions ils les ont vécu ensemble Mutuellement ils se portaient. Parfois un geste, un mot ou le silence leur permettaient d’avancer.

Se battre…Oui elle se bat ne sachant pas si l’issue ….Sera la vie ou fatale…

Etre différente et continuer d’être debout c’est ainsi que vous verrez Martine si vous osez lire son livre.

J’ai aimé tes phrases chocs dans ton livre :

« Je vais mener une bataille infernale contre l’affreux Jojo. Toi le crabe qui en pince pour moi, tes jours sont comptés. »

Ce livre est un hymne à la vie, il y a des moments tristes, où mes larmes me brouillaient la vue. Mais je retiens de ton livre que tu as su prendre à bras le corps ce crabe qui voulait changer ta vie.

Tu ressors de ces 8 mois pleine de vie, d’amour. Tu es sans concession face aux médecins qui ont des mots crus pour te dire, t’apprendre sans prendre de précautions. Et pourtant tu vas même pour l’un d’entre eux dire que c’est toi qui n’a pas su l’entendre.

Mettez un commentaire, plusieurs même, mais surtout si vous voulez lire son livre. Il suffit de l’écrire ici et je vous mettrais en relation avec Martine.

Martine :  » MERCI ! »

%d blogueurs aiment cette page :