La patineuse

 

 

 

Tel un feu-follet elle glisse sur la glace

Portée par la foule, elle est acclamée

Hier encore une inconnue ignorée de tous

Elle est adulée et en haut de l’affiche

Elle virevolte et enchaîne les compétitions

 

Elle n’a pas le temps pour la moindre pause

Il faut apprendre la danse et patiner

Ce sont des heures d’entraînement

 Pour aller jusqu’à  la perfection

Des médailles, des coupes et beaucoup de larmes

C’est son lot quotidien pour avoir la meilleure place.

 

Un sourire sur ses lèvres carmin comme figé

Elle fait la une des magazines et préfère  l’ombre

Dans sa vie désormais tout est sombre

Alors qu’elle brille dans son costume de paillettes

Portée par la foule elle est seule quand vient la nuit.

Loin de sa famille elle s’étiole comme une fleur sans eau.

 

Sur la plus haute marche reçoit les honneurs

L’or elle a décroché sous les vivats de son pays

Comme une déesse elle a patiné porté par l’oiseau de feu.

Mais l’oisillon en ce jour est tombé et tout a basculé.

Adieu la gloire, médailles trophées et paillettes

La voici aveugle après une chute sur la tête.

 

Plongée dans la nuit des temps elle se laisse aller

Pense être abandonnée de tous et ne réagit plus

Pourtant son amour va l’aider à surgir du néant

Celui qu’elle avait délaissé car abruti par le travail

Il est là tous les jours et ne la laisse pas tomber

De saut en saut elle retrouve ses sensations.

 

Sur un lac gelé elle patine avec comme musique

Le murmure du vent dans les arbres et la cascade

Elle tombe une fois et recommence encore et encore

Puis son patinage redevient pur et elle est feuille sur glace

Tourbillonnant comme possédée par un feu intérieur

Glisse, patine sous les applaudissements d’une foule en liesse.

 

 

D’après une histoire vraie

 

 

 

Auteur : Eva Joe

Ma plume ne s'essouffle jamais, elle dessine des arabesques sur la page de mes nuits, elle se pare comme un soleil en defroissant le ciel. En la suivant vous croiserez tantôt Pierrot et Colombine dans mes poèmes ou Mathéo et son secret et bien d'autres personnages dans mes nouvelles et mes suspenses.

7 réflexions sur « La patineuse »

  1.                     Bonjour EvaJoe... La compétition est-ce une bonne chose... Que de sacrifices pour un podium, un piedestal fragile ! D'après une histoire vécue... Et la voilà à nouveau sous le feu des projecteurs,
    

    c’est qu’elle a la glace dans le sang finalement et un amoureux aimant et fidèle ! Merci… Jill

    J’aime

  2.                     Je comprends bien Evajoé que cela peut être une histoire vraie.
    

    Les feux de la rampe ne comblent pas forcément une vie, il vaut mieux avoir un amour sincère prés de soi.
    Bises amicales.

    J’aime

  3.                     Une triste histoire et pourtant bouleversante de beauté chère Eva-Joe
    

    J’ai tout d’abord cru que tu l’avais imaginé et pourtant on sentait du réel dans tes mots, j’ai compris à la fin.

    La vie semble injuste, mais s’il faut payer le prix pour comprendre là où est sa vraie voie, maintenant elle vit mieux, mais dans le noir absolu, alors qu’avant elle vivait mal sous les feux et la
    lumière artificielle de la gloire.

    Merci au nom de la communauté pour ton texte de bon aloi

    Je t’embrasse et te souhaite bonne nuit

    Le Noctamplume

    J’aime

  4.                     Bonjour EvaJoe,
    

    Grâce à la volonté, on en surmonte des obstacles. Quand un sens fait défaut, c’est souvent un autre qui se développe davantage. Mais patiner tout en étant aveugle est une prouesse.
    Tu as très bien « résumé » ce film particulièrement émouvant.
    Douce journée et bisous,
    Cathy.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :