L’autoroute de tous les dangers/13

En route vers la vérité

Lorsque j’ouvre les yeux c’est à nouveau un bruit insolite qui m’a réveillé. Hugo est en train de fouiller mon bagage, heureusement que j’ai caché mon revolver sur la terrasse dans une niche que m’a montré Théo.

Tu joues à quoi ?

À rien tu devrais dormir il est Tôt !

Quoi je dois dormir pendant que tu me fais les poches, et si tu me disais ce que tu cherches je pourrais peut-être t’aider.

Au même moment j’allume le lampadaire et j’aperçois Hugo nu comme un ver qui a vidé ma valise sur le sol.

C’est quoi ce bazar, tu joues à quoi ? Que cherches-tu ? Tu ne me fais plus confiance

Non, enfin si je te fais confiance mais Mélodie m’a dit que tu avais un pistolet.

Moi, j’avais un pistolet, c’est du grand n’importe quoi. Elle a pris ses désirs pour des réalités.

Tu n’as pas mis un pistolet sur la tempe de Stéphane.

Non ce que je lui ai mis par contre c’est ma bouteille de parfum, la noire sur la tempe, alors il est possible qu’elle ait confondu.

Excuse-moi, ça m’a paru étrange mais j’ai voulu en avoir le coeur net. Déjà cette batte de base-ball d’où elle sortait ?

Tu m’as vu arrivé avec une batte, non je ne pense pas, alors Mélodie a dû la trouver dans sa chambre. En tous les cas il n’y avait rien dans la nôtre.

Pardon mon amour, j’aimerais que tu viennes dans mes bras j’ai trop envie de te faire l’amour.

Excuse-moi Hugo tu me prenais pour je ne sais qui, tu fouilles ma valise, tu m’accuses d’avoir une arme ou d’en avoir fourni une à Mélodie et maintenant tu voudrais que j’écarte les cuisses, non merci je vais dormir. Et surtout n’essaye pas de me prendre par la force.

Pardon mon Amour.

Arrête tu m’agace, dors.

Je tourne le dos à Hugo et feint de dormir, je suis curieuse de voir ce qu’il va faire. Finalement c’est lui qui s’endort avant moi. Je me laisse glisser à mon tour dans les bras de Morphée.

Lorsque j’ouvre les yeux, je regarde ma montre il est 9 h. J’ai à peine dormi quatre heures. Je vais rentrer chez moi, enfin au poste de police. Hugo n’est pas dans la chambre. Où est -il passé ?

Tiens il m’a laissé un mot. Voyons voir ce qu’il a écrit :

Ma toute douce, je profite que tu sois profondément endormie pour foncer chez Stéphane et voir si tout va bien entre Mélodie et Lui.Sonne le Majordome de mes parents ils t’apporteront tout ce que tu aimes. Je pense être de retour vers midi. En attendant fais toi belle.

Je vais en profiter pour me sauver, prendre la poudre d’escampette je ne peux plus les supporter, mais tant qu’à faire autant prendre un bon petit déjeuner. Je vais pour sonner, c’est à ce moment que j’entends un coup discret frappé à ma porte.

Oui qui est-ce ?

C’est Théo ouvrez-moi

Théo mais que fais-tu là ?

Chut laisse-moi entrer.

Qu’as-tu à me dire et pourquoi es-tu revenu ?

Il y a du nouveau

Ah pour qui ?

Jean-Ba et Mélodie et…

Au fait ton frère cette nuit cherchait mon arme.

C’est Mélodie qui a dû le lui dire, tu l’avais mise où je t’avais conseillé

Oui, merci. En parlant de Mélodie où est-elle ?

On l’a transporté à Sainte Rose une maison pour handicapés mentaux. Elle est devenue hystérique lorsque Jean Ba et mon frère ont voulu qu’elle parte. Ils ont fait appel au 15. Et j’en ai été avisé ce matin.

Ne me dis pas qu’elle sera jugé irresponsable

Nous n’en sommes pas encore là. As tu déjeuné ?

Non, où est Hugo car je t’observe et je vois que tu es habillé comme lui.

Hugo est en lieu sûr.

Ce qui veut dire ?

Que je vais me faire passer pour Hugo jusqu’à ce que j’en sache davantage.

Sur ?

Sur les derniers événements qui se sont produits cette nuit. Tu es certaine que lorsque Steph est parti il était dans le cirage.

Oui c’est ce que j’ai vu, bon il a pu nous jouer la comédie, mais il pissait le sang.

Je pense que c’était une diversion.

Pourquoi ils nous ont découverts.

Non pas que je sache mais Jean-Ba cette nuit c’est présenté au poste de police et a dit qu’il avait des aveux à faire.

Et ?

Rien !

Comment ça rien. Il n’a rien dit.

Non car il a pris une crise cardiaque, enfin l’autopsie nous dira si c’était bien une crise cardiaque et non un assassinat.

Ils étaient six qui ont violé ma sœur. Jean-Ba, Stéphane, Hugo, Mélodie , ça fait quatre qui sont les deux autres ?

Tu es certaine pour mon frère.

Oui lorsque Julie t’a vu, elle s’est mise à trembler, tu es la copie conforme de ton frère tu ne peux pas le nier.

Julie, crois tu que ta sœur un jour comprendra que je suis juste son jumeau et que je t’aimes.

Nous n’en sommes pas encore là, mais nous y arriverons. Et toi comment vas-tu pouvoir oublier celui dont tu es l’autre moitié, ton autre toi ? Y arriveras-tu ?

J’espère, sinon nous partirons au bout du monde. Ou alors j’ai tourné ça dans ma tête, je changerais mon visage.

Oh !!

A suivre…

Auteur : Eva Joe

Ma plume ne s'essouffle jamais, elle dessine des arabesques sur la page de mes nuits, elle se pare comme un soleil en defroissant le ciel. En la suivant vous croiserez tantôt Pierrot et Colombine dans mes poèmes ou Mathéo et son secret et bien d'autres personnages dans mes nouvelles et mes suspenses.

3 réflexions sur « L’autoroute de tous les dangers/13 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :