Le grand retour /14

Pendant que Lulu dort à poing fermé on s’active derrière les grands murs de la police de Hanovre.

Un camping-car flambant neuf a été amené une fois que le premier est reparti en direction de la France. Il fallait coûte que coûte que les trois hommes de l’Audi 4 soient le plus loin possible pour qu’ils ne découvrent pas où était Tatiana, mais il n’en dirait pas un mot à Lucile.

Boris s’active sur ce bijou d’ingéniosité qui était prévu dès le départ pour les fugitifs. Sans l’assassinat d’une partie de cette famille, l’échange des campings-cars étaient prévu sur une aire d’autoroute. Mais hélas une halte supplémentaire allait les retarder.

Nullement besoin de le modifier, il est prévu pour six personnes, le petit couchera en haut dans la capucine. A l’arrière il y a une chambre fermée, il la réserve à Lulu. Quant à Wlad et Boris ils dormiront sur les lits de chaque côté de la table. Ce sont en fait deux banquettes escamotables qui se rangent sous le plancher lorsque c’est la version route.

Boris, montre au petit Wlad comme le nouveau véhicule de sa maman est beau. Tu raconteras à ta maman tout ce que tu as vu.

Oui Tony veut des Fruits

Je croyais que tu t’appelais comme ton parrain.

Oui Wlad veut des chocolats.

Ah tu es un malin

Malin ça veut dire quoi?

Que tu te débrouilles bien

Maman , dit que je suis intelligent

Oui comme ton Papa

Papa, papa il est où mon papa ? Pas Tonio mon papa. L’autre cheregueï.

Non pas « ch » mais sss

Non

Ok, viens on va bientôt partir dans le beau camp…

Wroum

Quoi ?

Le wroum, ça c’est un wroum

Le camping-car c’est un wroum

Oui

Wlad-Tony met sa petite main dans celle de Boris et tous deux rentrent dans la maison du polizeïchef.

Deux policiers discutent avec Wladimir et son oncle, à nouveau ils vont changer l’itinéraire, car ils ignorent si à l’embarquement du ferry il n’y aura pas d’ hommes de main du ministre de l’intérieur car, personne ne l’avait dit a Lulu mais l’homme au chapeau noir était le secrétaire particulier du ministre de l’intérieur.

Sergueï était formel c’était lui, il venait à peine de leur téléphoner.

Alors on s’allonge encore demande Boris De toutes façons, Sergueï a acheté ce camping-car, on peut le passer à vide comme une livraison d’Allemagne, ça arrive assez souvent.

Oui, et vous iriez comment à Stockholm ?

Et l’avion

Aussi mais pourquoi Sergueï ne voulait pas.

je n’en sais rien.

Moi je sais

Tous s’aperçoivent que le fils de Sergueï est dans la pièce.

Boris se penche sur l’enfant et lui demande :

Ah et pourquoi ?

Maman a peur en avion.

Et en bateau ?

Je sais pas

Il faut en discuter avec elle, l’avion c’est le mieux, maintenant faut-il croire un gamin de bientôt quatre ans.

Je dis jamais de mensonges

Tu es comme ton père, au même âge il avait des idées bien arrêtées.

Et bien ça promet !

Lorsque Lulu se réveille elle apprend qu’ils partent immédiatement, l’Audi A 4 est garé devant la morgue dans la banlieue de Strasbourg. Mais l’homme au chapeau noir est descendu en cour de route.

Il a dû se douter de quelques choses.

Possible

Mais ils ignorent avec quoi vous êtes partis.

Lulu ne veut pas attendre, elle insiste pour partir immédiatement. Elle est même d’accord pour conduire de nuit. Wladimir et Boris se concertent, puis ils décident de manger et de s’en aller.

Avant d’arriver chez Tatiana nous avons 174 km. Te sens-tu capable de les faire ?

Aucun problème, allons-y

Le voyage c’est bien passé, ils viennent de s’arrêter sur la bande d’arrêt d’urgence. Boris a pris le volant, Wladimir est à côté de lui. Lulu est dans la chambre. S’il s’arrête, en aucun cas elle ne doit se lever. Comme Lulu est claustrophobe ils ne lui disent pas que de l’extérieur, personne ne peut se douter qu’au fond du camping-car il y a une chambre. Le concept ils le doivent à Boris, aucune lumière filtre.

Tatiana, c’est Wlad, nous arrivons, tu n’as vu personne ?

Non, tout le monde va bien ?

Oui. A tout de suite.

La banlieue d’Hambourg est déserte, le camping-car roule à vive allure. Enfin voici la maison de Tatiana, Lulu ne le sait pas mais elle va avoir un choc.

A suivre …

Auteur : Eva Joe

Ma plume ne s'essouffle jamais, elle dessine des arabesques sur la page de mes nuits, elle se pare comme un soleil en defroissant le ciel. En la suivant vous croiserez tantôt Pierrot et Colombine dans mes poèmes ou Mathéo et son secret et bien d'autres personnages dans mes nouvelles et mes suspenses.

6 réflexions sur « Le grand retour /14 »

  1. Bonjour Evajoe,

    J’ai apprécié cette page. Une écriture énergique, efficace, bien rythmée. Et tous ces dialogues qui rendent l’histoire si vivante.
    Mais, je suis perdue. J’ai laissé passer tant de jours à venir te lire.
    Gros bisous

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :