Le grand retour /21

A peine la frontière passée les trois voitures se sont arrêtées. Ses occupants sont descendu sauf Constantin ne sachant pas ce qu’il allait advenir de lui.

Il ne leur avait servi à rien, il était resté assis dans la voiture de Wladimir, menotté à la portière, avec pour seul gardien le jeune Andreï qui ne s’était pas occupé de lui. Il écoutait de la musique de dégénérée, du rap, une musique sortie des USA. Enfin c’est ce qu’il avait crû comprendre.

Sergueï est fière de sa jeune soeur et de sa femme, surtout de cette dernière qui a réussi à laisser croire à l’autre gradé qu’elle n’était pas sa femme mais la fille de ceux en résidence surveillée.

Leur expédition a duré cinq heures, le Consul a suivi le déroulement de l’opération à la minute même. Il les attend au Consulat. C’est là-bas que le sort de Constantin va se jouer. Ce dernier n’en mène pas large.

Après plus d’une heure de discussion, où chacun a donné son opinion. Le Consul leur a fait part du refus de la France à lui donner l’asile politique. C’est Sergueï qui lui a apporté la réponse :

Vous allez être reconduit à la frontière, l’argent que vous m’avez proposé vous allez la verser à mon frère Wladimir pour sa clinique située à Berlin, cela vous rappelera chaque fois que vous signerez le chèque qu’un jour vous étiez de l’autre côté de la barrière exécutants les ordres de vos maîtres sans vous poser de questions et j’espère que le remord ne vous laissera pas de repos, c’est tout le mal que je vous souhaite. La voiture du Consulat avec le chauffeur, Sergueï et Constantin se sont garé à cent mètres de la douane. Constantin est sorti , Sergueï a ouvert sa fenêtre juste pour être certain qu’il n’allait pas faire demi-tour en courant. Lui était plus voûté qu’autrefois, il s’est retourné à regardé Sergueï, des larmes coulaient sur son visage il a murmuré :

Pardon et Merci.

Constantin quand il avait appris qu’il retournait dans son pays avait supplié Sergueï. Il était resté de marbre.

Ce dernier lui avait juste dit merci pour les gens qui marcheront grâce à vous. C’est tout juste s’il ne pleurait pas en le lui disant.

Depuis personne ne l’a revu, sauf qu’il est vivant car chaque année depuis 21 ans, Wladimir reçoit une coquette somme. Depuis quelques temps il aimerait même que ça s’arrête car il se demande si ce n’est pas de l’argent sale.

Ainsi s’achève la première partie du récit de Clara, ce n’est pas une femme de 50 ans mais une jolie jeune fille de 15 ans. C’est le dernier enfant de Sergueï et Lucile. Elle a raconté cette histoire au magazine Paris-Match car Hugo est pigiste et c’est le meilleur ami de Tony-Wlad. Ils sont à l’école de journalisme.

Quand elle est entrée en sixième, sa maman lui a donné le récit au jour le jour de sa vie un dur journal intime. C’est seulement devant l’enthousiasme de plusieurs maisons d’édition qu’Hugo a proposé à Clara de venir voir son mentor.

Mais avant de continuer son récit, elle doit se rendre à l’opéra de Paris pour un cadeau d’anniversaire exceptionnel qu’elle offre à ses parents pour leur anniversaire de mariage. Ce 23/12 cela fait 20 ans qu’ils se sont marié. Elle va se produire sur la scène Chaillot devant un parterre de célébrités du temps de la gloire de son père. Elle va danser une chorégraphie écrite par le grand Sergueï, personne ne se doute parmi la direction que Clara est sa fille. C’est aussi la première fois qu’elle va être dansé, Tony-Wlad la trouvé dans les papiers qu’à rapporté sa tante Tatiana de chez ses parents lors du fameux jour de délivrance. Il est allé la proposer à la danseuse étoile qu’il a déjà cotoyé par le biais de son école de journalistes. Comment s’est-elle débrouillée pour que sa sœur puisse danser dessus ? Marine lui le dira après la première.

Clara a intégré le corps d’élite des petits rats de l’opéra appelées « Graines d’étoile »à la sortie de la troisième, il fallait nous dit-elle qu’elle réussisse son brevet des collèges. Excellente élève, elle l’a eu. Elle avait 10 ans. Elle a refusé de dire qui était ses parents ne voulant pas être prise pour « la fille de Sergueï et Lucile  » et avoir un statut particulier. Mais comme son père était connu elle a donné le nom de Boris son oncle, avec son accord nous a-t-elle dit. C’est même lui et Tatiana qui l’ont accompagné à sa première audition.

Ce soir, elle va danser pendant dix minutes seule,puis elle sera rejointe par un premier danseur, puis tout le ballet évoluera. La musique a elle aussi été composé par Sergueï. Avant que Clara rentre la scène sera éteinte, puis aux premières mesures un halo éclairera leur fille. Ses parents sont dans l’ignorance totale de ce qu’il va se passer, leur fille Clara ne leur à rien dévoiler. Ils sont déjà fiers qu’elle ait intégré ce corps de ballet prestigieux comme sa mère au même âge.

Mais Clara veut surtout raconter la fin de leur vie d’avant à ses parents et le départ dans leur nouvelle vie. Surtout qu’ils se sont marié en traîneau.

Lorsqu’elle quitte la maison de ses grands-parents, elle a sur l’épaule ses chaussons de danse, elle regarde Pierrot le bourlingueur et son pigiste et leur dit. J’apporte des photos pour toi Pierre mais comme tu es grand tu ne verras pas la magie, c’est plus pour toi Hugo tu verras les cerfs du père Noël. Elle part son rire cristallin rappelle à Pierre celui de sa mère.

Le journaliste de Paris Match comprend l’enjeu pour Clara, il attend le lendemain et lui donne rendez-vous chez sa grand-mère paternelle à 15 h. Elle finira son récit, avant que le livre soit vendu. Les lecteurs de Paris-match sont suspendu chaque jeudi à cette histoire rocambolesque. Mais Pierre qui suivait déjà la carrière de Lucile va se rendre à l’opéra pour l’entrapercevoir.

A suivre …

Le grand retour/20

Nos montres connectés nous avertissent que nous sommes pris en chasse. Mais les deux hélicoptères n’ont pas fait d’échanges d’otages. Les Russes ont fait l’échange en premier mais c’est un cadavre qui a été descendu du fourgon sanitaire. Ils ont donc refusé de leur donner Constantin, ce dernier du reste en avait nullement envie. Par contre ils ont réclamés le cadavre. Puis les hélicoptères ont réussi à quitter la Russie.

Au moment de la ronde du Colonel, il a dû trouver bizarre que les chiens ne jappent pas. Il a exigé qu’une escouade de soldats entrent dans les appartements. Selon l’appel téléphonique des amis de Boris et d’Igor, nous avions une demi-heure d’avance sur eux car ils étaient parti en voiture :

Vous avez largement le temps d’arriver à la frontière, mais attention aucun zèle, on leur a saboté leurs antennes satellites. A partir de maintenant vous êtes livrés à vous-même. Eux autant que vous. A bientôt.

Enfin voici la frontière , le changement a été effectué, dix minutes trop tôt nous allons le savoir.

HALTE

Bien que ce ne soit pas écrit en français, tous savent la signification que le soldat Russe leur brandit sous le nez. Ils les invitent à sortir de leur véhicule réciproque, les apostrophe avec vivacité limite méchanceté .

Vous les femmes mettez vous à gauche, d’où revenez-vous ?

C’est Lulu qui prend la parole ne sachant pas s’ils sont au courant de la fuite de ses beaux -parents, mais rapidement il faut se rendre à l’évidence, ils savent que deux femmes ont fait diversion pendant que des hommes entraient par l’arrière de la maison en ayant pris soin de débrancher l’électricité. Par contre après avoir fait ouvrir les coffres ils se rendent à l’évidence il n’y a personne.

Le Colonel qui n’est pas celui qui était vers la propriété décide de garder les deux femmes en attendant d’avoir des ordres.

Sergueï descend de la voiture et leur dit celle-là c’est ma femme et je ne quitte pas le pays sans elle ni du reste avec la seconde qui est ma petite soeur.

La confusion est à son comble lorsqu’Alexeï et Wladimir font la même réflexion. Boris en rajoute une couche en disant être avec sa femme et son cousin qui est sous sa responsabilité. Par contre Boris ajoute :

Quand la dernière voiture va arriver vous serez obligé de nous relâcher car avec nos amis il y a le secrétaire du ministre de l’intérieur.

Le Colonel semble déstabilisé, puis à part les deux douaniers qui sont à l’intérieur, avec le gradé il n’y a que deux soldats. Et Sergueï se permet de rajouter vous êtes cinq et nous 7 en comptant nos femmes. Il va y avoir des morts si vous nous empêchez de repartir.

Pendant que Sergueï lui raconte n’importe quoi Boris est entré à l’intérieur et discute avec les douaniers, il a leur parole qu’ils n’interviennent pas, enfin pour ce que vaut leur parole. Il préfère les bâillonner et les attacher.

Dehors tout se déroule rapidement, aucun coup de feu ne sera tiré, les deux soldats sont maîtrisé et jeter dans le poste et se retrouve en très mauvaise posture. Quand au Colonel il préfère se rendre et leur demande l’asile politique car leur dit-il « je serais passe par les armes » Soudain un bruit de voiture se fait entendre, le champs est libre, ce sont les amis de Boris, ils ne s’arrêtent pas mais leur crient. Remontez dans les voitures il y a un kilomètre avant la frontière Finlandaise.

Ils remontent en voiture et s’élancent à vive allure, une rafale de mitraillette tape dans l’arrière du véhicule de Boris. Ce dernier empoigne une mitraillette et arrose tant qu’il peut leur poursuivant. Soudain un bruit d’hélicoptère, il va falloir faire diversion. Alexeï ouvre la portière et aide de Boris balance sur la chaussée le Colonel et passe en force la frontière Finlandaise dont les barrières se referment derrière les trois voitures.

Les poursuivants ne se sont pas lancé à leur trousse voulant éviter l’incident diplomatique.

A suivre…

Le grand retour/19

Nous sommes à la frontière Finlandaise en compagnie du Consul. Il est 3 h du matin. Tout le monde règle sa montre et le Consul va nous attendre jusqu’à 10 h. Passé ce délai et s’il n’a aucun signe de l’un d’entre nous c’est que l’opération le grand Retour intitulé « Wolf « aura échoué.

Nous répétons chacun à notre tour notre rôle. Tatiana et moi nous allons revêtir une robe longue et noire ainsi qu’un voile et nous présenter à la porte d’entrée. Notre neveu sera notre chauffeur.

Sergueï sera dans la voiture de son frère avec le secrétaire du ministre, il m’avait avoué que son frère était avant tout un médecin et qu’il n’avait pas charcuté sans anesthésie Raspoutine. Amis, inconnus ou ennemis ils étaient semblables sur une table d’opération. Il l’avait mis en condition pour qu’il’panique, d’où le hurlement terrifiant entendu quand il avait approche son bistouri de ses attributs génitaux vu que la puce avait migré non loin.

Et surtout avec la pilule rose nommé la drogue de remplacement, il avait déliré et raconté des secrets d’état. Il avait même demandé au Consul l’asile politique. Ce qui à ce jour était suspendu au-dessus de sa tête pour voir s’il allait les aider ou raconterait ce qu’il savait. Mais il en ignorait les grandes lignes comme les petits détails. Sergueï décidera au dernier moment quel rôle lui et Constantin jouerait, mais il avait une idée derrière la tête, Lulu en était certaine.

Tous les autres hommes et ils sont nombreux puisqu’avec nous, nous avons une unité spéciale prête à intervenir au cas où ça tournerait mal. Mes beaux-frères ainsi que deux amis de Boris et d’Igor plus mon oncle eux vont intervenir par l’arrière de la maison. Là ils vont découper le grillage qui auparavant aura été débranché car s’ils étaient en résidence surveillée, la nuit les hommes allaient dormir et ne patrouillaient pas et ils avaient securisé la maison grâce à un grillage électrifié, nous le tenions de Constantin.

Tatiana et moi nous étions la diversion, on espérait qu’au moins Tatiana puisse rentrer avertir ses parents. Les préparer à s’enfuir. Après avoir répété chaque geste nous étions fin prêts.

A la frontière Russe, certains passeports ont été examinés à la loupe. Quand ils ont remarqué la présence du secrétaire du ministre de l’intérieur , ils ont bâclés le reste des papiers d’identité. Ils se sont courbé devant lui. Ce qui a eu pour résultat de faire rire Tatiana.

Nous voici dans la banlieue de Saint-Petersbourg, plusieurs fois Constantin s’est retourné, puis une fois hors de la ville à la bifurcation de plusieurs routes, Sergueï a fait arrêter l’ensemble des voitures, nous n’étions pas venus en Camping-car, et l’unité spéciale a passe en revue les voitures. Toutes avaient un traceur. Sergueï a posé une seule question à Constantin :

Lorsque tu les as accompagné leur as-tu demandé de placer des puces sur nos voitures ?

Oui, mais qu’est-ce que je viens de vous dire.

Que l’on risquait d’être suivi et que vu le nombre de personnes que j’avais l’un d’entre eux serait bien en capacité de trouver de quoi il s’agissait.

Et c’est le cas il me semble

En avant nous repartons, auparavant je vais donner des ordres, il y a 7 routes nous avons 3 puces, nous en mettons une sur notre voiture pour celle qui se rend devant la maison de nos parents. Advienne que pourra.

Alors que nous roulons depuis un bon quart d’heure nous apprenons que les puces étaient factices sauf sur deux des voitures. Aussi ils ont choisis la direction de la Baltique pour l’une et l’autre un retour à Saint-Petersbourg.

Il est 4 h30 du matin lorsque nous arrivons dans le village de mes futurs beaux-parents. Dès notre entrée par le petit chemin notre voiture est entourée d’une dizaine d’hommes armés et cagoulés. On se retrouve devant le portail et c’est Lulu qui commence à expliquer ce qu’ils font là.

Rapidement on lui coupe la parole en lui disant ne vous forcez pas nous savons qui vous êtes, la fille de nos prisonniers et sa future belle-fille.

Est-ce vous la belle-fille ?

J’hésite et Tatiana me fait signe de dire non je m’exécute elle doit bien savoir ce qu’elle fait et j’en rajoute une couche en affirmant être leur fille. Ils le posent un tas de questions, comme j’ai bien été brieffé, je m’en sors très bien.

Un haut gradé pointe son nez et demande :

Vous menez un interrogatoire ? Qui sont ces deux femmes ?

Elle c’est la fille de nos hôtes

Que veut-elle ?

Sergueï m’a dit plus tu fais durer le plaisir plus grande sont nos chances de sortir avec mes parents.

J’aimerais aller voir mes parents et leur présenter leur future belle-fille.

C’est la raison pour laquelle vous arrivez à cinq heures du matin ?

Oui

Expliquez-moi calmement et je pourrais peut-être accepté.

Bizarre, que manigance cet homme ? Mais je sais par ma montre connectée que Boris est dans la place. Je peux sûrement pousser plus loin mon cinéma. C’est certain qu’il faut que Tatiana rentre elle connait l’emplacement des bijoux de sa mère. Ceux-là sont destiné à moi, mais personne à part la famille n’ait au courant.

Bon, c’est votre belle-sœur qui va se rendre auprès de votre mère. Vous ne restez pas longtemps. Faites n’importe quoi et nous lui mettons une balle dans la tête.

Oui mon Colonel

Ouvrez le portillon qu’elle se débrouille avec les chiens.

Tatiana dans la voiture m’a tout expliqué. Le chien de la meute s’appelle Wolf, c’était comme pour Tony-Wlad son bébé. Dès qu’elle va rentrer les chiens vont lui obéir aux doigts et à l’oeil. La seule peur que Tatiana ait c’est qu’une fois qu’ils auront découverts de l’absence de ses parents ils tuent les chiens loups. Et jamais elle ne va pouvoir le supporter.

Lorsque Tatiana arrive dans le grand hall d’entrée elle aperçoit son frère Wladimir, elle n’a pas trouvé les chiens elle en a été fort étonné. Ce dernier lui explique que les forces spéciales les ont emmené, ils sont à bord des deux hélicoptères ainsi que leurs parents et il lui explique ce qu’elle ignorait

Il faut te rendre le plus rapidement possible dans la chambre de Maman, récupérer les bijoux destinés à Lucile, tu me donneras le reste plus l’argent de toutes leurs économies. La petite Greta que nous avions engagé à jouer son rôle à la perfection, elle avait bien expliqué à papa et maman que nous viendrons cette nuit. On va la récupérer dans la capitale. On lui rendra ses papiers véritables et elle retrouvera son identité et pourra ainsi rejoindre ses parents.

Tout en écoutant son frère elle a réussis à ouvrir le coffre de ses parents. Ils avaient sortis toute leur liquidité, il y en avait pour des millions. Dans un grand sac ils mettent tous les billets de banque et les carnets de chacun des comptes bancaires ouverts dans différentes banques étrangères. L’ensemble des bijoux de sa mère sauf la bague de fiançaille de leur arrière-grand-mère qui va aller à Lucile et qui lui sera rendu car c’est la sienne, elle se transmet en ligne directe, Lucile ne sera que la femme de leur frère.

Le petit écrin noir dans sa poche, elle se présente à un soldat qui discute avec Lulu. On dirait que ses deux-là viennent à peine de se quitter. Il leur dit :

Nous n’avons pas entendu les chiens japper pour quelles raisons ?

Je suis vétérinaire, les animaux j’adore.

Ah d’accord, votre belle-sœur je m’en suis souvenu je la connais.

Vous l’avez connu où ?

Avant qu’il me réponde je scrute son visage et soudain je me souviens de lui, mais qu’à pu dire Lucile elle ne connaissait pas mes relations de la fac.

Rapidement je saisis ce qui a été le seul sujet de leur conversation. L’autre crétin a juste parler sexe. A part m’être envoyé en l’air avec lui deux fois je ne vois pas de quoi ils ont pu causer. Mais il a envie d’affranchir sa belle-sœur comme il me dit d’un air goguenard.

Elle me faisait grimper au rideau, elle s’en souvenait bien j’étais m’a t elle dit un bon coup. Bon le Colonel va faire sa tournée avec les soldats d’ici trente minutes, déguerpissez.

On ne se le fait pas dire deux fois, surtout que maintenant tout est minuté. J’explique certains détails à Lulu qu’elle ignore :

Mes parents sont dans la voiture de Sergueï ainsi que les deux chiens, le grand Wolf et sa femelle. Ils ne vont pas passer la frontière ils vont partir en hélicoptère mais ils seront en territoire ennemi pendant cinquante kilomètres pour éviter que les engins quand ils s’envoleront fassent trop de bruit à proximité de la maison de mes parents. Surtout que ce matin il doit y avoir un échange entre un Russe et un Allemand d’où la présence de mon oncle.

Depêchons-nous de quitter ce pays j’en ai des frissons.

A suivre…

Le grand retour/18

Nous voici tous arrivés dans la villa louée par Sergueï. Lulu n’arrivait plus à dormir se demandant la raison pour laquelle aucun de leurs téléphones ne donnaient signe de vie. Quand notre fils et son parrain ont franchi le seuil de la villa, le cri de ma Lulu m’a fait chaud au coeur.

Wladimir pourquoi nous as tu laissé dans une panique totale ? Enfin surtout moi.

Mais Sergueï tu ne te souviens pas de tes ordres si vous pensez qu’il y a danger, comme cette fouille bizarre, fermez tous vos téléphones. Nous avons exécutés tes ordres au mot près. Je ne pensais pas que je vous aurais stressé chère petite sœur.

Je ne comprends pas Sergueï pourquoi tu ne m’as pas informé.

Pardon mon cœur, l’approche de mon pays m’a fait perdre mes repères. Oui tu as raison Wladimir j’ai oublié.

Ouf ce n’était pas si grave.

Par contre le fait qu’il y ait ce comité d’accueil me fait penser à une autre puce qui, elle serait implanté sur notre prisonnier. Pour éviter d’être repéré trop tôt il va falloir Wladimir que tu regardes où elle est.

Mais je n’ai rien pour l’endormir

Mais je m’en fiche complètement, tu crois que lui se préoccupe s’il fait souffrir.

Nous nous regardons tous et nous comprenons ce que Sergueï a dû endurer. Alors sans aucun état d’âme après avoir récupéré à la fois notre survie et un boulet. Nous avons mis Constantin Raspoutine sur la table de la cuisine et Sergueï a trouvé rapidement ou était dissimulée sa puce.

Des qu’il a vu que l’on allait lui l’enlever il a demandé qui était médecin.

Personne lui a ton répondu

la panique a commencé à passer dans ses yeux, une peur irraisonnee s’empare de lui.

Vous souvenez-vous d’un jour où j’étais à votre place sur une vieille table dans les sous-sols du KGB. Vous aviez une scie a la main et vous m’avez dit d’un ton enjoué : Si vous me dites où votre femme se trouve ainsi que l’enfant je vous permettrais de continuer d’être ce brillant danseur étoile, dans le cas contraire je vous couperais le pieds et vous direz adieu à la fois à votre amour et surtout à votre carrière. Ignorant totalement où était ma Lulu je n’ai rien pu vous dire, alors inexpérimenté car vous êtes un homme de l’ombre vous avez essayé de me

Tais-toi a hurlé ma douce et tendre

Pardonne moi mon coeur

Je vais vous donnez une chance de vous montrer sous un jour moins méchant, vous allez téléphoné au gros Popov et vous lui direz exactement ce qui est écrit sur ce papier.

Je n’ai plus mon téléphone, qui a répondu aux appels.

C’est moi, je suis imitateur

Le Chef de la police d’Hanovre est imitateur c’est trop drôle. Mais quand il imite l’homme au chapeau noir on est bluffé.

Si je comprends bien vous n’avez même pas besoin de moi.

En effet mais comme nous n’avons que repondu aux questions il ne nous ont jamais demandé votre numéro d’agent secret. Aujourd’hui c’est vous qui allez appelé donc vous avez intérêt à ne faire aucune erreur car seule Lulu sera avec vous, elle braquera un pistolet sur votre tempe et à la moindre erreur elle a pour ordre de vous abattre.

Faites moi voir votre torchon

Mais vous confondez cher Constantin

Votre papier, mais vous êtes fou, vous demandez la vie sauve pour Lulu et son fils.

Oui et lisez plus bas vous comprendrez

Lulu m’a épousé

Non pas lui crie Lulu il bave quand il embrasse

Un immense éclat de rire nous secoue tous.

Je reste avec ce type dégoûtant qui exige un baiser de ma part avant de téléphoner à son ministre. Mais il en est pas question. Je m’en tiens aux ordres de mon chéri.

Dring dring dring

Trois appels puis il raccroche

Il le fait trois fois.

Enfin son téléphone sonne sur l’air du ballet de la danse des cygnes sur laquelle nous avions obtenu Sergueï et moi la médaille d’or aux jeux olympiques. Qu’elle ironie !

Bonjour Constantin qui nous reste-t-il à tuer ?

En entendant les propos tenus par ce porc je suis dans une colère froide mais terrible, je lui indique son papier. Il est muet comme une carpe, l’autre insiste , votre silence en dit long. Que la petite vous soit tombé dans les bras je peux comprendre, mais vous n’avez pas couché avec ses beaux-frères ?

Co comment l’avez-vous su ?

Su quoi ?

Que j’avais épouse ma Lulu

En plus vous l’avez épousé vous deviez bien forniquer.

C’est à ce moment que je me saisis de l’appareil et dit à ce gros vicieux que si ma libido l’intéresse on peut se donner rendez-vous. Constantin me dit et je trouve après-coup que cela sonne bien :

Mon coeur je ne veux pas vous perdre bien que nous ayons trente ans d’écart vous êtes extraordinaire au lit et si notre ministre veut de vous, vous irez honorer son appendice sexuel

Ah c’est de lui qu’il s’agit mais vous m’aviez bien dit qu’il avait un asticot entre les jambes contrairement à vous.

Car Constantin est nu sur la table avec une belle érection et je vois son sexe énorme et gros qui se dresse sous mes yeux.

L’autre me répond

Je vois que vous l’avez aimé pour que vous m’en donniez autant de détail. Donc qui est mort ?

Tous sauf le danseur et un flic

Quoi qui est flic ?

Le frère de vos hôtes en résidence surveillée

Merde ce n’était pas prévu au programme. Vous les suivez toujours.

J’enfonce mon pistolet dans son cou car je le vois hésiter

Oui bien entendu

Où êtes-vous ?

Dans la banlieue d’Helsinki

Est-ce que vous savez à quel endroit vous allez traverser la frontière ?

Non mais Lulu va le savoir dès ce soir, je pense que nous allons traverser à

Je lance le téléphone au sol en criant, laisse le au moins voir son père. Après vous ferez ce que vous voulez

Ta femme est déconcertante, es-tu bien sûr que tu ne marches pas au sexe.

Mais le téléphone est éteint, la batterie était HS. J’appelle Sergueï et lui fait écouter l’enregistrement. Il approuve même mon éclat. Et il décide de passer à l’intervention, mais je préfère rejoindre mon fils qui fait de la luge.

A tout-à-l’heure, je vais rejoindre notre petit garçon.

Je croise Wladimir avec sa trousse de médecins, il me tend des boules Quies, et ajoute :

Nous avons mis un casque sur la tête du petit il écoute de la musique classique. Quant à toi je te conseille de te les mettre les boules.

Pourtant je n’ai pas eu si mal que ça, moi

C’est normal ta puce n’était pas loin, lui elle a migré et crois moi il va déguster.

Moins que mon amour

En effet et il saura désormais si ces chefs lui prêtent vie ce qu’est la douleur sans anesthésie.

J’étais à peine arrivée vers mon fils qu’un hurlement inhumain est monté des entrailles de la maison. Mais autour de nous il n’y a rien que la Baltique. Alors je me moque bien de vivre avec des bourreaux de circonstance car Wladimir est un excellent chirurgien orthopédiste. Ses malades lui prodiguent plus de remerciement que de haine.

Lorsque je reviens avec Andreï et Tony-Wlad, la cuisine n’est plus l’antichambre d’une salle d’opération. Je ne demande pas devant mon fils ce qu’est devenu Constantin. Nous avons tous envie de décompresser avant de savoir ce que Boris et Sergueï ont prévu pour kidnapper mes futurs beaux-parents. Nous allons au centre de la capitale Finlandaise dans un restaurant pour enfants. C’est le  » Bistro Manu « .

Nous prenons l’Audi A 4 et les deux voitures de location. Nous laissons Tatiana et son époux ainsi que l’oncle de Sergueï. Il faut surveiller le malade. Puis Sergueï veut nous donner les grandes lignes de son plan.

Lulu est abasourdie devant tant de machiavélisme dont fait preuve Sergueï, elle ne s’en offusqué pas, au contraire elle est admirative. Rien n’est laissé au hasard. S’ils ne sortent pas du territoire c’est que les dieux sont contre eux. Mais au vu de ce qu’il a raconté tout-à-l’heure elle comprend mieux la minutie qu’il a apporté à son plan.

Ils sont aussi allé voir l’ambassadeur de France qui va transmettre les puces en Allemagne. Elle a dégusté une spécialité du Pays. L’ambassadeur va avertir son homologue en Russie afin qu’il garde un œil sur cette expédition.

Mais il les a bien averti que c’était risqué et leur a demandé si l’enfant devait obligatoirement les suivre. Après moultes hésitations c’est Wlad qui a choisi de rester avec les enfants de l’ambassadeur et son chien loup. Car pendant que nous discutions il jouait avec ses trois enfants. Cela changeait nos plans car nous pensions partir que dans trois jours alors que là cela bouleversait nos plans. Mais l’ambassadeur nous a annoncé que mes beaux parents étaient prêts puisque l’ambassadeur de France en Russie avait pu les rencontrer et avec les photos leur avait expliqué que l’on était aux portes de la Russie.

Alors s’ils nous attendent nous partirons cette nuit.

A suivre …

Le grand retour/17

Les premiers à partir sont Alexeï et sa femme, la femme de Piotr, qu’ils vont déposer chez ses parents avant d’embarquer pour Stockholm..L’oncle d’Hanovre le chef de la police et son fils ainé ainsi que l’homme au chapeau noir qui répond au prénom de Constantin. Ils prennent place dans le camping-car ou dans l’Audi 4. Ils ont décidés de ce qu’il ferait de Constantin sur le ferry.

Avant d’arriver à l’embarquement ils le feront descendre sous prétexte de se désaltérer mais lui aura dans sa bouteille un puissant somnifère qui devrait rapidement l’endormir. Alexeï et l’oncle le ligoterons et l’enfermerons dans le coffre pour éviter qu’il alerte les autorités. Sur un ferry tout le monde devait descendre de son véhicule y compris les animaux, mais lui c’était un monstre. C’était lui qui avait ordonné de sectionner le pieds de Sergueï. Douze heures dans un coffre s’il y passait ce n’était pas grave. Même mort il servait les dessins de la famille Poponoff.

Le deuxième camping-car avaient à son bord Sergueï et sa Lucile, Tatiana et Boris, Wladimir et son filleul. Ils étaient quatre a se relayer. Sergueï avait décidé d’être le passager de celui qui conduisait quel qu’il soit. Quant à ceux qui n’étaient pas pilote ils devaient dormir. Le premier Ferry était à 6 h 30 du matin. Ils avaient moins de deux heures de route. Ils seraient en avance mais là ils n’étaient nullement à l’abri d’un vice de forme aussi avaient ils pris leurs précautions.

Finalement c’est un coup de fil d’Alexeï qui décide du changement de programme ils vont se retrouver à Karlskrona en Suède. Quand à eux ils prennent le nouveau pont jusqu’à Lund, avec un petit passage en ferry d’à peine trente minutes. En fait ils arriveraient plus haut en Suède. Mais ça leur éviterait de traverser une partie du Danemark. Jusqu’à Stockholm ils avaient 978 km. Et autant pour aller à Saint Petersbourg. Un jour et 5 h de voyage pourtant en avion c’était le plus rapide c’est ce que répétait Sergueï. Mais Lulu ne dormait pas et elle entendait tout. 55 minutes d’avion entre la Suède et la Finlande de capitale à Capitale.

Wladimir qui conduit demande à Sergueï d’expliquer à Lulu que c’est tellement plus rapide de prendre l’avion pour Helsinski et aussi pour son bien-être. Ils pourraient aller tous les deux à l’hôtel et profiter de l’arrivée des autres pour faire du shopping.

Mais rien n’allait se dérouler comme ils voulaient. Si la traversée de la Suède c’était déroulée sans encombre, il n’en avait pas été de même pour aller jusqu’à la Capitale Finlandaise. Au départ du ferry il y avait l’équivalent du KGB. Toutes les voitures étaient fouillées. Sergueï avait réussi à convaincre sa Lulu de prendre l’avion sans leur fils. Ils avaient quitté la file de voiture pour se rendre à l’aéroport. Leur billet en poche ils attendaient pour monter dans l’avion. Moins de 55 minutes plus tard ils arrivaient dans la capitale Finlandaise pour se promener en amoureux. Sergueï adore les musées et les églises ce n’est pas ce qui manquent. Surtout cette église est construite dans la roche, elle porte un nom hyper long Temppeliaukiau. La lumière ne pénètre que par le dessus, celà lui fait son charme.

Et pour faire plaisir à sa Lulu ils se rendent au marché de Hakaniemi, là ils vont acheter des souvenirs pour Tony-Wlad et surtout déguster du saumon ou si elle préfère du renne. C’est un marché connu dans toute la Finlande et même au-delà.

Au retour nous devions nous arrêter ici, j’avais retenu une villa, je viens de téléphoner elle est libre. Nous allons nous y rendre. On va nous livrer des plats et nous mangerons là bas.

as-tu deja été dans un sauna?

Non pourquoi, tu veux y Aller.

Ici il y a un sauna pour deux habitants. Les hôtels et les particuliers ont tous un ou plusieurs saunas. Dans la villa face à la plage il y en a un. Alors es-tu partante ?

Je veux bien essayer

Cela a fait rire Sergueï, l’essayer c’est l’adopter. Tu verras. Après si tu veux on peut se rouler dans la neige.

Devant l’expression du visage de Lulu, Sergueï ri encore plus et c’est ainsi qu’ils arrivent à l’agence et vont dans la villa en bordure de mer. Lulu est aux anges, le saumon est plus délicieux qu’en France. Quant au renne c’est une viande très tendre. Là elle a cuit dans de la bière.

Mais avant d’aller se coucher vu que la nuit tombe tôt il veut savoir comment s’est passé le passage de Stockholm à Helsinki, mais Alexeï ne répond pas. Ni Boris… Il ne dit rien à Lucile elle risque de faire une crise de nerf.

Lorsqu’ Alexeï avait été informé que le KGB ou la Stasi ou n’importe quels services secrets fouillaient les voitures, camping-car et même les camions. Ils avaient changé leur itinéraire pour la Pologne, la Lituanie, la Lettonie et enfin l’Estonie. Et là tout s’était déroulé à merveille.

Mais ils attendaient que l’autre camping car arrive pour passer la frontière. Ils seraient certes dans leurs pays mais c’était risqué il le savait bien. Leur mère était malade, il lui fallait une opération des yeux sinon à bref échéance elle serait aveugle. Quant à leur père il avait subi une opération du coeur il y avait trois ans et son cardiologue ne comprenait pas pourquoi il était sourd à ses appels. C’est Alexeï qui en avait été averti d’où cette expédition.

Une fois que Sergueï et Lulu s’étaient envolés. Boris avait décidé de passer avec le ferry et de faire jouer leur relation grâce à Constantin. Ce dernier dormait comme un bébé dans le coffre mais pour passer il fallait le sortir de là. Ils avaient échangé leur place. Boris et l’oncle de Tatiana allait prendre place dans l’Audi 4. Un pistolet dans le dos le secrétaire du ministre de l’intérieur Russe se taisait. Les vapeurs du chloroforme s’estompait lentement surtout qu’ils lui avaient administré en plus un barbiturique puissant. Il avait dans le bras un goutte à goutte qui lui en distillait peu à peu pour éviter qu’il s’énerve.

Au moment de monter sur le Ferry, un de ceux qui fouillaient les voitures les avaient mis en joue en leur demandant de descendre les bras en l’air. Boris était resté au volant et son oncle était descendu en brandissant sa carte de policier d’Interpol. L’effet avait été immédiat. Les fusils avaient été baissé. Plus aucune fouille pour personne. Le camping car conduit par Wladimir n’avait pas été fouillé.

Ils avaient remis dans son coffre Constantin qui roulait son visage de gauche à droite, mais il ne pouvait rien dire il avait un bâillon sur la bouche. Nicolaï et son père l’avait forcer à rentrer dans le véhicule. Devant les yeux médusés d’une famille Finlandaise. A nouveau il avait montré sa carte d’Interpol en les avisant de ne pas ébruiter qu’ils avaient un dangereux criminel à remettre à la police Russe. Rien que de parler de la Russie cela avait eu le mérite de les voir fuir.

Attablés à une table du restaurant ils discutent et essayent d’appeler Sergueï. Enfin après une interminable sonnerie il leur répond.

Sergueï

Oui c’est moi, où êtes vous

nous sommes sur le ferry avec l’Audi et le camping-car.

Et comment c’est passé la fouille

Bien ! Notre oncle a sorti une fausse carte d’Interpol et tout s’est arrêté instantanément.

ils n’ont pas vérifié son nom

Je pense qu’ils jouaient au gros bras.

Et là il est où ?

Dans le coffre de l’Audi mais une famille de Finlandais nous a vu.

Et à nouveau la carte d’Interpol

Oui, mais nous allons aller les voir et essayer de leur faire comprendre qu’ils ne doivent rien ébruiter.

A suivre…

.

%d blogueurs aiment cette page :