Le grand retour/15

Wladimir il est temps de réveiller Lucile, il est encore temps de lui révéler

Non, Sergueï ne veut pas, tu connais notre frère.

Moins que toi

Autant, sinon mieux tu es son meilleur ami.

Pendant que tu réveilles ta future belle-sœur, je vais sonner.

Dis-lui que nous sommes devant, ce sera plus facile que de sonner. Boris tu rêves, appel ta femme.

Oui

Chérie, nous sommes arrivé

Mon amour, où êtes-vous ?

Juste devant la porte n’entends -tu pas nos monstres donnés de la voix.

Tu as raison, on va venir vous ouvrir. Et…

Chut ne dis rien, tout a été fait selon les ordres de ton frère.

Comme d’habitude à la perfection. Mais ce n’est pas de cela que je voulais parler.

Elle ne sait rien on a exécuté les ordres du prince.

Boris !

Et bien quoi dans la lignée c’est bien lui le futur Tsar.

Pfff, arrête tes sottises, allez, bienvenue chez toi.

Merci ma bien aimée

Pendant ce temps dans le camping-car se déroulait une scène, Lulu sortait d’un cauchemar où elle avait vu Sergueï couché dans une mare de sang. Wladimir avait beau lui dire que ce n’était qu’un rêve, elle n’en démordait pas et martelait la poitrine de son beau-frère en le suppliant

Tu dois bien avoir un téléphone pour appeler ton frère. Fais-le

Et toi tu en as pas un ?

Oui

Souviens-toi de ce que t’avais dit Igor

Le premier numéro est celui de Ta, mais Tatiana n’est pas Sergueï.

Ne fais pas l’idiote, essaye

Lulu se précipite sur son sac à main, prends le téléphone et appuie sur le premier numéro et là dans la nuit elle entend la voix de son amour.

Mon Dieu, c’est toi ma petite Lulu,

Mon amour, c’est moi, j’ai fait un cauchemar je te voyais baignant dans une flaque de sang. Mais tu es vivant ce n’était qu’un mauvais rêve.

Si à cet instant Lucile avait pu voir la tête de Sergueï, elle se serait d’autant plus inquiétée. Mais le camping-car vient de s’arrêter et Lucile doit descendre.

Sergueï, nous sommes chez ta sœur à Hambourg, je te rappelle.

Non ce ne sera pas la peine…

Pourquoi ?

Sergueï a raccroché, Lucile ne comprends pas son refus de le rappeler. Possible qu’il ne veut plus d’elle, pourtant il lui a bien témoigné son amour. Elle se passe en boucle un tas de raisons mais n’en trouvent aucune pouvant expliquer ce mot de trois lettres.

Dis Maman viens, tout le monde nous attends

Oui, mon adorable bébé je viens mais je dois me remettre du rimmel.

Non je veux que tu viennes.

Votre fils a raison, tout le monde s’en fiche que vous soyez maquillés ou non. L’essentiel c’est que nous soyons sain et sauf.

Vous avez raison, excusez-moi je suis perturbée.

Je comprends mais le cauchemar va se terminer cette nuit.

Lulu son fils et le frère de Sergueï pénètrent dans l’entrée de cette maison imposante, à la fois un château ou une forteresse selon comme on l’a regarde.

Quel plaisir de vous voir enfin petite sœur, je vous présente Alexeï mon frère et sa femme qui est française comme vous. Si Piotr était là nous serions tous réunis.

Comme une automate, Lucile entre dans la maison, de dos assis dans un fauteuil roulant, il y a un homme, les cheveux blancs, Lulu pense que c’est leur père, mais lorsqu’il se retourne, elle voit son Sergueï, le seul homme qui a su faire vibrer son cœur.

Elle ne voit pas ceux qui l’entourent, elle se précipite vers lui et l’embrasse à pleine bouche, lui caresse le visage, lui esquisse une grimace mais ses yeux sourient. Son fils ne sait pas qui est le Monsieur que sa maman embrasse. Il regarde tout à tour son parrain et les autres personnes. Mais sa maman l’appelle :

Tony-Wlad vient voir je te présente ton papa.

Papa, c’est toi mon papa

Oui

Pourquoi tu es dans cette chaise?

C’est une longue histoire mon petit bonhomme

Lulu commence à comprendre qu’il se passe quelques choses. Elle fixe Sergueï et ceux qui l’entourent, mais comme elle ne voit que son visage elle ne réalise pas que son amour est sur un fauteuil roulant. Puis brutalement, elle voit le plaid posé sur ses genoux. Que lui cache-t-il ?

Sergueï !

Ma Lulu, je ne voulais pas te faire peur mais tu vas avoir un choc

Lulu tire la couverture mais ne voit rien d’anormal, puis, soudain l’horreur !

Oh mon amour tu as eu un accident ?

Non

Alors ou est ton pieds?

Assieds toi, je ne voudrais pas que tu ais un malaise.

Non je reste debout

Ses pourris du KGB me l’ont coupés volontairement pour que je ne puisse plus danser.

Lulu est tombée exactement comme l’avait pensé Sergueï, Wladimir s’est précipité vers elle, lui évitant de se taper la tête. Doucement elle revient à elle et elle lui dit:

Le seul homme avec qui j’aurais pu danser c’est avec toi, pour moi aussi c’est finis, je t’aimes et t’aimerais toujours en danseur étoile ou sur ton fauteuil, j’espère que tu en as jamais douté.

Sergueï ne lui dira jamais les doutes qui lui ont traversé l’esprit. L’essentiel c’est qu’ils soient ensemble.

A suivre…

Auteur : Eva Joe

Ma plume ne s'essouffle jamais, elle dessine des arabesques sur la page de mes nuits, elle se pare comme un soleil en defroissant le ciel. En la suivant vous croiserez tantôt Pierrot et Colombine dans mes poèmes ou Mathéo et son secret et bien d'autres personnages dans mes nouvelles et mes suspenses.

5 réflexions sur « Le grand retour/15 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :