L’autoroute de tous les dangers/15

En route vers le dénouement 1-3

Nous voici auprès des convives des parents des trois enfants Leyrieux, les jumeaux et Charlotte.

Théo a parlé avec sa sœur, je me demande ce qu’elle a compris, elle est comme une épée de Damoclès suspendu au-dessus de notre tête. Si elle se pend au cou de son frère qu’elle adore, notre duo est démasqué. Pour l’instant tout se passe bien, elle boude dans son coin, je ne sais sur quels pieds dansés. Est-ce que je dois aller vers elle ? Ou est-il préférable que j’en reste éloigné, cette jeune fille aux allures de bébé est une bombe à retardement.

Théo me fait signe, la reine-mère veut contempler ma bague, elle s’extasie sur le goût de son fils, mais toutefois elle semble contrarier. Qu’est-ce qui peut bien la perturber? Décidément cette famille est une véritable énigme pour moi. A-t-elle flairé le jeu de dupes que nous faisons vivre à tous ceux qui sont présents ?

L’apéritif va être servi sur la terrasse et tout le monde est invité à s’y rendre, c’est à ce moment que nos téléphones sonnent. Nous nous éloignons et prenons chacun notre appel qui émane de personnes différentes.

Capitaine, mes respects, ce n’était pas une perte de contrôle naturelle si je puis dire pour l’accident, mais Mademoiselle Mélodie de la Feuillantine a été assassinée.

Elle a reçu en pleine tête une balle d’un fusil de chasse. Balle analysée par la balistique, c’est du gros calibre, elles servent à tuer les sangliers.

Quelle horreur ! Est-elle morte sur le coup?

Oui, une balle de cette nature vous fait du dégât. La balle n’a pas été retrouvée dans son crâne mais fichée dans la vitre. Elle est entrée d’un côté sortie de l’autre.

Théo vient d’avoir la même information, plus une autre qu’il juge importante à m’en faire part rapidement. Il m’apprend que son frère Hugo est d’une part non coupable dans cet assassinat mais par contre qu’il a été arrêté au moment où il allait rentrer dans la propriété de Stéphane. Il est en garde à vue.

Et Stéphane ?

Introuvable, il n’était pas à son domicile.

Possible que ce soit lui qui est appuyé sur la gâchette. Il a surement senti sa femme sur le point de tout avouer.

Je pense plutôt qu’il a quitté l’Hexagone.

Tu m’as bien dit que tous les aéroports étaient sous contrôle et que pour passer dans les mailles du filet il fallait être excellent.

Mais nous n’avions pas la possibilité de contrôler tous les aérodromes.

Il nous a échappé ?

Je n’ai pas dit mon dernier mot. Il a une maison à Saint-Barth, c’est toujours en territoire francais. Il suffit de surveiller sa propriété et il sera arrêté.

Il y a une chose que je ne comprends pas, ta mère ne vous a jamais différencié toi et ton frère.

Et toi y arrives-tu ?

Théo doit voir la panique sur mon visage car il m’enlace et me couvre de baisers. Je me sens rassurée c’est bien Théo, son jumeau ses baisers sont toujours brutaux. Pour lui les femmes c’est en conquérant qu’il les a.

Je te taquinais, c’est bien moi.

Oui, j’en suis certaine, mais cela ne me donne pas une explication pour ta mère, elle vous a porté, et rien.

En es-tu bien sûr ?

Ah cette contrariété sur son visage c’était pour ça, elle te l’a dit

Oui

Je ne m’en suis pas aperçue

En fait elle m’a dit où est Hugo et pourquoi jouez-vous cette comédie à cette jeune fille. Qui de vous deux l’a épousé ?

Que lui as-tu répondu ?

Aucun maman, mais prochainement c’est moi qui vais l’épouser.

Je me demande si elle était contente, elle m’a paru glaciale et insensible.

Ma mère a un rang à tenir, mais j’ai bien peur qu’elle tombe bien bas quand elle va découvrir ce qu’Hugo a fait.

Et pendant que personne ne nous dérange, le Colonel m’a appris quelques choses concernant ta jumelle et toi.

Ah que t’a-t-il dit que tu ne saches déjà.

Non tu ne m’avais pas dit que ta soeur s’appelait Virginie et que le soir du drame elle avait dit à mon frère qu’elle se nommait Julie.

Tu as pensé que je me vengeais

Oui en quelques sortes. Je ne comprenais pas pourquoi mon jumeau dans ses lettres t’appelais Virginie et non Julie.

J’avais peur que ce prénom lui évoque ce drame.

Bien joué Julie.

Et mon seul amour m’embrasse devant les invités car tout en devisant nous les avons rejoint. Mais je vois leur père en pleine discussion avec le Majordome, Jean-Ba et un individu que je n’avais pas vu hier. Théo serre les poings, c’est étrange, d’autant plus qu’il me laisse et part à grande enjambée vers ce trio.

Je le voit taper l’épaule de cet homme beau garçon de surcroît, j’espère qu’il me présentera, il discuté et ne me fait pas signe de le rejoindre alors j’en profite pour prendre une coupe de champagne, lorsque brutalement une main féminine me saisie la mienne et me dit :

Lorsque l’on est enceinte on ne boit pas d’alcool,

Je lève les yeux et voit la mère des jumeaux qui me fixent d’un air contrarié.

Moi, mais je ne suis pas enceinte, vous confondez avec Mélodie.

Non ma chère, il est possible que vous n’en soyez pas consciente mais vous l’êtes.

Et vous êtes devin ?

Non très observatrice et j’étais gynécologue obstétricien, j’ai l’habitude.

Je ne sais pas quoi lui dire, je me sers une orangeade et m’éloigne. J’avais un stérilet ne voulant pas d’enfants d’Hugo. Il y a deux mois j’ai prétexté un voyage en Italie, et j’ai retrouvé Théo pour une semaine. J’espère de tout cœur que ce petit être est de lui.

Enfin voici Théo, comment vais-je lui dire cette nouvelle qui aurait pu être heureuse et qui risque de nous gâcher notre joie d’être enfin ensemble après cette enquête.

Que ce passe-t-il ? La question fuse de nos deux bouches mais pas pour la même raison.

Toi parle moi ? Qui est cet homme ?

Mon cousin le fils du frère de mon père

Et ? Tu penses que ce serait lui le cinquième ?

Oui, rappelle toi ce que ta soeur disait lorsque vous l’avez retrouvé dans ce fossé à moitié nue.

Et pleine de sang, je m’en souviens comme si c’était hier. Mais non je ne me souviens pas. Que veux-tu que je te dise?

Réfléchis, rappelle toi, je viens de faire le rapprochement. Mon cousin s’appelle Arthur et…

Oh mon Dieu ! Virginie ne faisait que dire  » c’est la ture et go », en boucle elle répétait ça, ce qui pour nous ne pouvait avoir aucun sens. Et comme depuis elle est murée dans le silence, jamais plus elle n’ a pu dire où se souvenir de quoi que ce soit. Si je suis ton raisonnement elle voulait dire :  » c’est Arthur et Hugo »

Oui, j’en suis certain, de plus Arthur est sorti de prison depuis quinze jours pour un viol, la victime s’est rétractée mais il avait fait deux mois de préventive.

Tes parents l’ont invités ?

Non, il vient d’arriver, mais choses étranges ils se sont arrêté de parler quand je suis arrivé à leur hauteur.

A suivre…

Auteur : Eva Joe

Ma plume ne s'essouffle jamais, elle dessine des arabesques sur la page de mes nuits, elle se pare comme un soleil en defroissant le ciel. En la suivant vous croiserez tantôt Pierrot et Colombine dans mes poèmes ou Mathéo et son secret et bien d'autres personnages dans mes nouvelles et mes suspenses.

5 réflexions sur « L’autoroute de tous les dangers/15 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :